5 conseils « spécial profs » pour enseigner avec la CNV

La CNV c’est la communication non violente et c’est Marshall Rosenberg qui nous l’a transmise avec son livre « Les mots sont des fenêtres ». J’en parle dans plusieurs articles mais ici je voulais m’adresser à toi, prof qui essaye d’adapter ta pratique à ton contexte et qui a envie de faire autrement. Peut-être as-tu connu la CNV quand tu t’es intéressée à la parentalité, à moins que ce soit un collègue qui t’en ait parlé. Quoi qu’il en soit, tu as envie d’en savoir plus et tu sens intuitivement que ça pourrait t’aider à gérer les petits conflits dans ta classe voire les gros problèmes.

Dans son livre « Enseigner avec bienveillance », Marshall Rosenberg nous livre ses secrets pour être une prof qui « enseigne avec le coeur » , comme il le dit si bien.

Je te propose de t’y exercer quand les relations en classe sont détendues. Ce sera plus facile pour débuter.

 

1.Accepte le présupposé de la CNV: il y a de la beauté dans chacun de nous

Oui, même dans X. qui est grossier et dans L. qui sent mauvais. La CNV part du principe que nous devons communiquer pour que chacun reste en contact avec la beauté de sa conscience. La tienne bien sûr mais aussi celle de ton interlocuteur. Tu verras, ça change beaucoup de choses.

 

2. Modifie ton langage

Une fois ce présupposé accepté, la première étape de la CNV exige de modifier ton langage. Evite les évaluations (tu les reconnais aux mots « trop », « pas assez », « toujours » ou « jamais ») et préfère les descriptions. Il appelle ça les observations. Mets-toi dans la peau d’une scientifique qui constate des choses, des comportements et observe si ces comportements respectent le cadre et les valeurs du groupe. Quand B. ne te rend pas un devoir ou un travail à l’heure, tu peux juste lui exprimer ce que tu observes (« ton travail n’est pas en ma possession alors que la date prévue est dépassée ») plutôt que lui asséner « tu ne rends jamais tes devoirs à temps, il faut que tu deviennes responsable! »En modifiant ton langage, tu changes aussi ta façon de penser.

 

3. Entends différemment

Les comportements et les mots sont l’expression d’une émotion. L’émotion exprime un besoin. Apprends à rechercher l’émotion et le besoin qui sous-tendent l’action de tes élèves ou de tes collègues. Ta collègue de math refuse de partager ses cours avec toi alors que tu as 10 classes de niveaux différents et que tu es nouvelle? Peut-être a-t’elle peur de se sentir lésée en partageant à moins qu’elle craigne de se sentir utilisée. Un besoin de reconnaissance non satisfait sous-tend son attitude. Ça ne veut pas dire que tu l’acceptes, mais peut-être peux-tu réfléchir à la manière dont tu pourrais l’aider à recevoir cette reconnaissance d’une autre manière. Quant à G., son bavardage incessant exprime peut-être une angoisse devant les nouvelles connaissances enseignées à l’école. Que peux-tu faire pour l’aider à apaiser ce stress?

4. Exprime ce que tu observes, ton émotion et le besoin à combler ET termine par ta demande

Exprime ce que tu observes et lie cela à ton émotion, puis exprime le besoin que tu voudrais combler. Cet exercice te demande non seulement de développer ta capacité d’introspection mais aussi ton vocabulaire. Dans cet article, tu trouveras une liste d’émotions et dans celui-ci les besoins qui peuvent être cachés derrière elles.

 

5.  Pense « pouvoir avec » et non « pouvoir sur »

La CNV n’est pas une méthode pour exiger des autres sous prétexte que tu as des émotions et donc des besoins à satisfaire. Les personnes en face de toi ne peuvent rien non plus exiger de toi. Non, la CNV et Marshall (et tant d’autres comme Pablo Servigne!) pensent sincèrement que nous sommes plus efficaces en collaborant et donc que le « pouvoir avec » est plus efficace et plus humain que le « pouvoir sur ». Cela implique de ta part de ne pas exiger quelque chose après avoir parlé de façon non violente. Car en face de toi, ton interlocuteur n’a que 2 choix: se soumettre ou se rebeller. Et les élèves au comportement perturbateur ont visiblement choisi la 2ème option 😉

 

Comment faire alors pour qu’ils modifient leur comportement inapproprié? Pense précision: plus ton langage sera précis, plus les personnes à qui tu t’adresses pourront avoir envie de choisir ce que tu leur proposes. Et aussi, pense compliments et louanges: « c’est quand on n’a pas à se défendre contre une critique qu’on peut commencer à réfléchir aux diverses options devant eux ». Enfin, dis-toi bien que la CNV n’est pas toujours la méthode la plus appropriée pour faire cesser directement un comportement violent ou dangereux.

En affinant ta communication, deviens une vraie leader pédagogique dans ta classe et pour tes collègues!

sources: « enseigner avec bienveillance », Marshall Rosenberg, éditions Jouvence

Si cet article t’a été utile, inscris-toi à la newsletter pour en recevoir d’autres. Tu peux aussi lire d’autres articles sur le sujet de la CNV, des conseils pour les profs et en savoir plus sur l’accompagnement personnalisé que je propose aux Actrices de l’éducation ici.

A bientôt!

Amandine

 

Je soutiens et rebooste toutes les Actrices de l’éducation qui veulent oser sortir des sentiers battus et assumer leur leadership féminin et pédagogique. La transition écologique est aussi féminine et éducative!

Commentaires