5 conseils « spécial profs » pour gérer les élèves perturbateurs en classe

Pour la énième fois dans ta classe, tu entends E. faire des bruits bizarres derrière ton dos, L. bavarder avec sa voisine à propos de leurs comptes Instagram respectifs à moins que  ne soit carrément V. qui te balance à la tête que ton « cours est nul » et que « l’école, ça sert à rien, moi je vais être youtubeur et gagner 100X plus que vous ! ».

Ça m’est arrivé aussi quand j’enseignais en lycée professionnel à des élèves qui étaient en option mécanique. Autant te dire qu’ils n’étaient pas de prime abord emballés par mon cours de français et que j’ai eu mon lot de comportements perturbateurs (je ne parlerai pas de la fois où ce sont les gendarmes qui ont perturbé mon cours en venant interpeller un élève 😊).

1. Vérifie que tu as un niveau d’énergie suffisant pour assurer

Les élèves sont des éponges qui absorbent les émotions. Et en tant qu’adolescents en construction, ils ont besoin d’avoir en face d’eux un adulte solide pour se sentir conduits en sécurité. Si tu vois que tu n’arrives plus à te concentrer sur ta tâche, parce que tu es déséquilibrée par des vents contraires dans ta vie, il est temps de te recentrer sur toi et de te redonner l’attention, le soutien et l’amour dont tu as besoin pour avancer. Le métier de prof est un métier de relation où on donne beaucoup d’énergie et, même si on en reçoit parfois de nos élèves et de nos collègues, il t’appartient d’aller chercher cette énergie là où elle te vient aisément : au bord de la mer, en tricotant ou à vélo sur les chemins de campagne. Prends soin de toi.

2. Parle à tes collègues

Même si tu es dans un collège où la culture de l’établissement ne favorise pas l’échange des galères, trouve quelqu’un avec qui tu t’entends bien pour en parler. Cela peut être un prof qui partage ta discipline ou ton année ou même un prof qui enseigne dans un autre cycle. Quand j’étais en lycée pro, j’ai eu la chance d’être conseillée par les profs des cours pratiques qui étaient super sympas et m’avaient donné plein d’astuces. Bon, je ne les ai pas toutes appliquées (« tu gueules un bon coup et tu dis que leur prof de mécanique -qui pèse 120 kilos- va les coincer ! ») mais j’ai senti une solidarité de classe et plein de partage d’expériences difficiles de leurs premières années. J’ai eu aussi une mentor, une prof proche de la retraite chargée de prendre les nouveaux profs sous son aile. Nous nous réunissions une fois par mois pour échanger. Cela m’a beaucoup aidé. Lance l’idée dans ton établissement si tu n’es plus une nouvelle prof mais que tu as quand même envie de faire partie d’un cercle de profs motivées et qui s’entraident !

3. Ecoute des collègues inspirant(e)s

Evite de te rapprocher de ceux qui sont déçus du boulot, fâchés contre l’administration, qui détestent les élèves ou rêvent de démissionner. Ils ont leurs raisons et ne les juge pas, mais ils risquent de te prendre de l’énergie au lieu de t’en redonner. Et tu n’as pas besoin de ça pour le moment. Va plutôt à la rencontre des collègues qui t’inspirent, recherche des groupes facebook de profs motivés. Ne te compare pas à eux car leur contexte est sûrement différent mais glâne leurs conseils et copie leur attitude. Propose à l’établissement de créer un groupe d’échange des bonnes pratiques dans l’école ou crée-le toi-même de façon informelle!

4. Cherche la raison immédiate du comportement perturbateur et non les raisons psychologiques/sociologiques/génétiques qui le sous-tendent (peut-être)

Ne prends pas les comportements perturbateurs comme des attaques personnelles et rappelle-toi que tu n’es pas capable seule de gérer la génétique, les problèmes psy ou autres de ton élève. Par contre, tu peux agir maintenant en classe.

Selon les chercheurs, le comportement a toujours une fonction : « obtenir quelque chose, acquérir un bien matériel, un statut social, attirer l’attention, établir un rapport de forces en sa faveur, éviter un événement perçu comme désagréable, par exemple des activités qui comportent un risque d’échec ou qui paraissent ennuyeuses ». Un enseignant confronté à un comportement perturbateur devrait toujours se demander quelle fonction ce comportement joue pour l’élève. Une fois cette fonction repérée, à toi d’adapter ton comportement en conséquence. L’exemple le plus typique est celui de l’élève complètement largué dans la matière et qui a un comportement perturbateur pour éviter de se confronter à ses lacunes. En le « virant » de la classe, on ne fait qu’accentuer le problème.

Tu peux aussi analyser ton propre comportement et celui du groupe-classe pour essayer de prévenir ce qui aurait provoqué le comportement perturbateur. Des moqueries des autres élèves, des remarques, une attitude fermée et non souriante peuvent être les étincelles qui mettent le feu aux poudres. Au contraire, la politesse, le sourire, l’accueil, des explications claires peuvent créer un climat scolaire porteur. Prends du recul sur ta pratique et sur la dynamique du groupe que tu gères.

Enfin, souviens-toi que chercher l’attention étant une des fonctions du comportement, si tu ne fais que souligner les comportements négatifs de tes élèves ils risquent de se renforcer. Ce qui m’amène au point suivant.

5. Utilise la technique du 5-1

On a tous besoin de retours sur ce que l’on fait pour être encouragé, se sentir reconnu et être sûr que l’on va dans la bonne voie. Que ce soit dans le mariage, au sein d’une entreprise ou dans une classe….si les seuls retours sont négatifs, la motivation va dégringoler. D’après ces chercheurs et des psychologues comme Kazdin, il faudrait respecter la règle du 5-1 : pour 1 conséquence ou 1 retour négatif, il faut 5 conséquences ou retours positifs.

D’autant plus que les adolescents ne réagissent pas comme les adultes aux punitions : ils n’en tirent pas les conséquences, contrairement à nous. Et tandis qu’ils s’attribuent le succès, ils ont tendance à attribuer le négatif aux autres (une tendance bien naturelle et qui persiste à l’âge adulte 😉 ). La punition sera donc de la faute des copains ou du prof injuste. Donc pas forcément productive.

5 retours positifs, c’est donc la nécessité pour toi de te concentrer sur ce qui va bien, sur ce que l’élève fait bien afin de le renforcer. Il ne faut pas forcément faire des compliments, mais si tu dis à voix haute le comportement positif que tu observes, l’effet sera là. Et si E., L. et V. semblent ne pas avoir compris les codes du bon élève, charge-toi de les leur expliciter de façon neutre.

Enfin, pour bien « enfoncer le clou » récompense les bons comportements. Pas besoin de récompense matérielle ! Mais pour être efficace, elle devra être assez proche dans le temps. Et être collective, car les comportements sont aussi régulés par le groupe.

Rappelle-toi aussi que nous sommes profs pour tous les élèves, même ceux-là et que, comme disait Maya Goyet sur son blog du Monde « Il nous faudrait apprendre à nous sentir responsables de ces élèves. De refuser de les lâcher ».

Le chercheur Frank Ramus rappelle que, pour être vraiment efficaces, ces conseils doivent être appliqués par tout l’établissement.

En attendant, deviens une leader pédagogique dans ta classe et pour tes collègues!

SOURCE : https://www.gynger.fr/agir-sur-les-comportements-perturbateurs-en-classe/

Un diaporama de la recherche de Frank Ramus https://mycore.core-cloud.net/index.php/s/0DGWmnAhwcEGIrD#pdfviewer

http://lareflexiotheque.e-monsite.com/blog/evidence-based-mama/the-every-day-parenting-toolkit-kazdin.html

http://maragoyet.blog.lemonde.fr/2014/03/14/quelle-attitude-adopter-envers-les-eleves-abominables/

Si cet article t’a été utile, je t’invite à en lire d’autres pour les profs qui veulent être actrices de l’éducation, retrouver de l’énergie et vivre l’école qui leur ressemble ici, ou . La CNVest aussi un outil merveilleux pour communiquer. Et si tu veux découvrir mon programme d’accompagnement personnalisé pour les enseignantes, directrices, formatrices ou éducatrices c’est ici!

A bientôt,

Amandine

Je soutiens et rebooste toutes les Actrices de l’éducation qui veulent oser sortir des sentiers battus et assumer leur leadership féminin et pédagogique. La transition écologique est aussi féminine et éducative!

Commentaires